Homepage > Travailler en mode start up : tout le monde s'y met !

Travailler en mode start up : tout le monde s'y met !

Jeudi 31 mars, le Service carrières et Sciences Po entrepreneurs ont proposé aux étudiants et jeunes diplômés de Sciences Po d'en savoir plus sur les caractéristiques des entreprises de la nouvelle économie, leurs modalités de recrutement et opportunités. Westart a listé pour vous les principales idées à retenir de ces échanges...

PwC, La Poste, Publicis et Rocket Internet… Ces différentes organisations utiliseraient-elles toutes la même méthode ? 

Il semblerait que cela soit la conclusion de la 1ère table-ronde. À l’heure de la quatrième révolution industrielle, les grands groupes se lancent dans des réformes ambitieuses de leur activité et de leur culture. Ils empruntent aux serial entrepreneurs les principes d’agilité et d’innovation.
Toutefois, cette agilité ne se met pas en place sans mal. Le changement est d’abord graduel et ne peut se faire qu’avec le soutien de la direction.

 

"La transition prend du temps et demande une coopération étroite entre les unités industrielles et les start-up."

Laurent Lipiner, en charge de l’accélérateur Start’in Post, fait face à ces difficultés au quotidien. Il promeut les échanges de savoirs ainsi qu’une nouvelle culture du risque dans une entreprise qui voit son cœur de métier disparaître (les activités liées au courrier décroissent de 6% par an). Ce contexte pousse inexorablement le groupe à agir pour chercher des innovations qui seront ensuite exploitées pour développer de nouveaux marchés. Start’in Post a rencontré plus de 200 start-up et concentre son action sur l’aide à la recherche de clients qui constitue le besoin essentiel de ces jeunes entreprises.

le choc technologique représente une opportunité de développer des solutions innovantes via l’intrapreneuriat.

David Cohen Boulakia nous a présenté le PwC Lab dont l’objectif est de mutualiser les idées innovantes des collaborateurs ainsi que les ressources du groupe pour fournir des services fondés sur la Blockchain ou le Big Data. L’objectif de PWC est de générer 5% de ses revenus à travers des offres de services innovantes, en s’appuyant sur plusieurs piliers : se saisir des offres de services innovantes de rupture ; installer une ERP-enterprise resource planning- d’innovation pour créer de l’open innovation ; développer des process « from idea to cash » pour accompagner les porteurs de projets ce qui implique « d’agiliser » la structure ; et créer un incubateur.

Maxime Baffert a, quant à lui, souligné la nécessité de la coopération entre les deux systèmes de valeurs. En effet, le succès opérationnel n’est possible que lorsque l’organisation joue vraiment le jeu de l’organisation « start-up ». Rejoignant Laurent Lipinier, il a insisté sur la nécessité d’indépendance de l’intrapreneur. Le développement de Proximedia, la branche digitale de Publicis dont il est responsable, fut possible parce que l’initiative était à l’abri du jeu du jeu des rivalités en interne ou de la concurrence avec des filiales de l’entreprise. Le secteur digital/communication est plus propice car les agences sont des structures très agiles, sur le même modèle que les start-up.

Les intervenants ont été unanimes sur les vertus d’une expérience professionnelle dans une start-up et sur les compétences acquises au cours de celle-ci. Ils encouragent les étudiants à travailler en start-up ou à fonder leur propre entreprise. L’aventure entrepreneuriale est ouverte à tous et, comme l’a rappelé Edouard Mandon, ancien responsable à Rocket Internet, de nombreuses ressources en ligne ou au sein de Sciences Po offrent un accès direct au monde de l’entrepreneuriat.

> Revoir la table ronde "les caractéristiques du modèle économique et des organisations de type start up"

Les pratiques de recrutement et de gestion de carrière à l’heure du numérique

« Nous avons de la chance » nous dit Yolande Libene, Talent and Culture Manager à FaberNovel. Au cours de la table ronde, ce constat surprenant a été repris par l’ensemble des intervenants. Dans ce contexte, il qualifie les nouvelles modalités de construction de carrière dans une économie où la mobilité est de plus en plus fréquente.

A l’origine de cette chance se trouve la liberté de choisir....

Exacerbé dans les modèles de la nouvelle économie, l’entrepreneur et même le salarié dans une start-up donnent l’opportunité à l’individu d’accéder à plus de responsabilité, plus rapidement et de se libérer d’une organisation parfois un peu pesante. Cet avantage ne va pas sans un accroissement de la responsabilité du sujet. Il ne peut plus se contenter de recevoir les informations et les compétences dont il a besoin pour travailler, il doit aller les chercher.

Le bon candidat est celui qui, à partir d’une fonction donnée, a transformé de lui-même son activité !

Qui est alors le plus à même de progresser dans ce milieu ?

Caroline Pailloux, fondatrice de l’Ignition Program, nous a rappelé que travailler en start-up n’était pas fait pour tout le monde. Au-delà de la formation, ce sont surtout les réalisations du candidat qui importent. Les expériences uniques auxquelles il a été confronté sont autant d’occasions de développer un savoir-être, en plus des compétences techniques liées à un métier. Il lui faut devenir proactif, maître de son destin.

Toute enrichissante qu’elle soit, la vie en start-up n’est pas facile.

L’implication et la passion liées à l’activité professionnelle peuvent être éprouvantes pour l’individu. Face aux rebondissements constants, il doit acquérir une nouvelle approche de sa liberté et mettre à profit les temps d’apprentissage informels. Alors que le savoir était un élément protégé et difficile d’accès, des outils numériques sont à notre disposition pour satisfaire notre curiosité et notre passion, ce que nous rappelle Yannig Raffenel, directeur éditorial et pédagogique d’une plateforme française de MOOC, OpenClassroom.

Le formatage, dans un monde mobile, est voué à disparaître : les étudiants et les jeunes diplômés doivent donc changer leurs habitudes et constituer, plutôt qu’une somme de savoir, un « portfolio » de métiers, qui sera la garantie d’une carrière réussie.

> Revoir la table ronde 


Last modified 2016-05-13
15.07.2021
The results of the 2021 Graduate Employability Survey on the class of 2019 show that Sciences Po students remain very attractive to employers, with 9 out of 10 graduates in professional activity. Despite a job market facing difficulties, 82% of our 2019 graduates found their first job in less than 6 months, and nearly ¾ of them have a stable profession. There are still just as many (37%) working abroad, in 84 countries. Discover all the results of our survey!
30.08.2021
You are a student looking for information about internships or career fairs? you are an employer willing to recruit our students in jobs or an internship? Find here the list of your Sciences Po Careers
Read more news