Homepage > Adama Gaye développe Saint-Gobain en Afrique

Adama Gaye développe Saint-Gobain en Afrique

Adama Gaye
Pour le lancement de la série « Regards d’Alumni Afrique » portée par leur Division Afrique Sciences Po Alumni proposait de découvrir le parcours d’Adama Gaye (Promo 2014), correspondant pour l’association des anciens au Ghana et au Nigeria. Deux ans seulement après l’obtention de son diplôme en Affaires Publiques, Adama est responsable du développement des activités de Saint-Gobain en Afrique de l’Ouest.

Pourquoi avoir rejoint Sciences Po Paris ?

Adama Gaye (A.G) : J’ai souhaité rejoindre Sciences Po Paris pour différentes raisons. Premièrement, pour le prestige de l’institution. Durant mes années de lycéen, je suivais l’actualité de l’école avec beaucoup d’intérêt et j’étais positivement surpris de la capacité de Sciences Po à rassembler et/ou faire débattre en son sein des personnalités de premiers plans et d’horizons divers. Issu d’un milieu modeste, républicain, l’école est pour moi un des seuls moyens permettant à chaque individu de s’élever dans la société. Deuxièmement, Sciences Po Paris dispense une formation de qualité, notamment dans la préparation de ses étudiants aux concours administratifs, ce qui a été le fil conducteur de ma scolarité, influençant d’ailleurs mon choix d’intégrer le master Affaires Publiques lorsque j’ai été amené à choisir une spécialisation. Enfin, l’ouverture de l’école sur l’international à travers son année d’étude obligatoire à l’étranger, mais aussi la capacité de l’institution à attirer des étudiants étrangers m’ont très tôt – dès la seconde générale au lycée de Mantes-la-Jolie – poussé à travailler dur pour l'intégrer. Le prestige, la rigueur que l’on nous inculque, l’ouverture de l’école sur le monde, tous ces éléments m’ont amené naturellement sur la voie qu’est la mienne aujourd’hui, à savoir travailler pour le groupe Saint-Gobain en Afrique de l’Ouest.

Comment êtes-vous devenu Business Developer en charge du Ghana et du Nigeria chez Saint-Gobain ?

(A.G) : Pendant mon master à Sciences Po, j’ai effectué mon stage de fin d’études au sein du consulat de France à Lagos au Nigeria, auprès de la délégation de service public Ubifrance (BusinessFrance aujourd’hui), qui accompagne le développement des entreprises à l'étranger. C’est à l’issue de ce stage conventionné que j’ai eu l’opportunité et la responsabilité d’organiser une des premières visites des cadres de Saint-Gobain Glass Exprover en Afrique de l’Ouest. Cette visite avait pour objet de faire découvrir le potentiel du marché nigérian aux responsables de Saint-Gobain Glass Exprover, en les mettant en relation notamment avec les acteurs de la construction dans ce pays (architectes, développeurs, entreprises de construction générale…). Ces tâches, je les effectue encore aujourd’hui, plus de 36 mois après mon intégration dans l’équipe en tant que Business Developer pour Saint-Gobain Glass Exprover. Sciences Po a ainsi participé à l’apprentissage de mon premier métier obtenu à la sortie d’école.

J’ai effectué mon stage de fin d’études au sein du consulat de France à Lagos au Nigeria, auprès de la délégation de service public Ubifrance (BusinessFrance aujourd’hui), qui accompagne le développement des entreprises à l'étranger. C’est à l’issue de ce stage conventionné que j’ai eu l’opportunité et la responsabilité d’organiser une des premières visites des cadres de Saint-Gobain Glass Exprover en Afrique de l’Ouest. 

Pourquoi avoir choisi cette voie ? Comment percevez-vous votre rôle et votre impact ?

(A.G) : Ayant un profil et des expériences plutôt tournés vers le secteur public, à l’issue de mon dernier stage de fin d’étude au consulat de France à Lagos pour la délégation de Service Public Ubifrance, j’ai été amené à réadapter ma vision du pouvoir économique et de l’impact qu’il peut avoir dans la société. Dans un pays comme le Nigeria, peuplé de plus de 180 millions d’habitants et étant l’une des premières économies d’Afrique, j’ai pu constater très concrètement le rôle des acteurs économiques dans la société, parfois palliant même les défaillances de l’État pour certaines populations issues de milieux modestes.

En tant que Business Developer chez Saint-Gobain, je participe modestement à la réalisation de projets tels que la construction de tours de bureaux, centres commerciaux ou encore de projets résidentiels… Mon activité me permet de participer à l’amélioration du quotidien des individus, des citoyens ouest-africains. Je suis d’autant plus convaincu que Saint-Gobain, leader de l’habitat durable dans le monde, est une entreprise écoresponsable. Au quotidien, j’effectue un travail de formation avec, par exemple, des architectes. A travers des séminaires, nous sensibilisons les acteurs de la construction aux matériaux responsables et durables, ce qui favorise une réduction de la consommation d’énergie et d’électricité dans des pays où les factures en électricité sont bien plus élevées qu’en Europe.

En tant que Business Developer chez Saint-Gobain, je participe modestement à la réalisation de projets tels que la construction de tours de bureaux, centres commerciaux ou encore de projets résidentiels… Mon activité me permet de participer à l’amélioration du quotidien des individus, des citoyens ouest-africains.

Lire l'intégralité de l'article sur le site SciencesPo ALUMNI

Propos recueillis en avril 2017 par Eva Ehoke (promo 16), coordinatrice du projet Regards d'Alumni Afrique
contact : afrique@sciencespo-alumni.fr

Article publié le 17 avril 2017
Crédit photo @Sciencespo

Last modified 2018-01-29

Tag

02.09.2021
Over the course of these three days, you will have the chance to meet with numerous Sciences Po students and graduates. All will be actively seeking internships (whether as a mandatory part of their master’s course or for a gap year), apprenticeships, fir
15.07.2021
The results of the 2021 Graduate Employability Survey on the class of 2019 show that Sciences Po students remain very attractive to employers, with 9 out of 10 graduates in professional activity. Despite a job market facing difficulties, 82% of our 2019 graduates found their first job in less than 6 months, and nearly ¾ of them have a stable profession. There are still just as many (37%) working abroad, in 84 countries. Discover all the results of our survey!
Read more news