Accueil > Que deviennent nos diplômés ?

Que deviennent nos diplômés ?

Diplômé de la promotion 2019
L’enquête jeunes diplômés 2020 portant sur la promotion 2018 conforte l’attractivité des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Parmi eux, 86 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont de plus en plus nombreux (37 %) à travailler à l’étranger, dans 87 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !

L’enquête en 5 chiffres clés

  • 9 diplômés sur 10 ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle sont en activité (même chiffre que l’an dernier), soit une augmentation de 5 points depuis 2014.
  • 86 % ont trouvé leur premier emploi moins de 6 mois après l’obtention de leur diplôme (87 % pour la promotion 2017), soit 5 points de plus qu’en 2014.

  • 66 % travaillent dans le secteur privé (70 % dans la promotion 2017)
  • 37 % débutent leur carrière hors de France (34 % en 2017)
  • La rémunération brute annuelle moyenne (hors primes) passe de 38 k€ à 39 k€

Des diplômés qui s’insèrent bien et vite sur le marché du travail...

Parmi les diplômés ayant décidé d’entrer dans la vie professionnelle, 9 sur 10 sont en activité, un chiffre stable par rapport à l’an passé. 7,7% d’entre eux seulement sont à la recherche d’un emploi (7,6 % en 2017). À noter que 76 % des répondants se déclarant à la recherche d’emploi ont en fait déjà occupé un premier emploi depuis leur sortie de Sciences Po, ce qui porte le taux d’insertion global à 98 % !

Les délais d'accès à l'emploi restent rapides : 86 % des diplômés ont trouvé un emploi en moins de 6 mois (87 % 2017, 88,4% en 2016, 87% en 2015, 81% en 2014). Parmi eux, 72 % occupent un emploi stable, un taux qui a progressé de 5 points depuis 2014 (67 %), mais connaît une légère baisse par rapport à la promotion 2017 (76 %). Cette évolution reflète surtout celle des choix de carrière : par rapport à l’enquête précédente, la part de CDD demeure identique, tandis qu’augmentent la part des contrats en organisation internationale, les VIE/VIA à l’international, et la part d’indépendants et chefs d’entreprise.

... et choisissent un peu moins le privé

66 % des diplômés en emploi travaillent dans le secteur privé ; ils étaient 70 % en 2017 et 2016, 71% en 2016, et 73% en 2015. Une tendance à la baisse qui s’esquisse, avec davantage de diplômés dans le public (22% contre 20 % en 2017) et 12 % dans les organisations internationales (10% en 2017). Cela témoigne-t-il d’une volonté de nos diplômés de prolonger au-delà du diplôme leurs multiples engagements, en choisissant des secteurs à impact directement positif ? Les prochaines enquêtes diront s’il s’agit là d’une évolution de long terme.

Des salaires de plus en plus élevés

La rémunération brute annuelle moyenne atteint 39 172 €. Plus élevée que les années précédentes (38 634 € pour 2018, 37 164 € pour 2017), elle dépasse la moyenne (36,7 k€) de l’enquête menée par la Conférence des Grandes Écoles. Les diplômés qui travaillent à l’étranger gagnent davantage (40 611 € en moyenne).

Bonne nouvelle de cette édition 2020 : l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes se réduit, et passe de 16 % l’an dernier à 13 %, grâce au rattrapage des salaires féminins qui augmentent de 35 k€ à 37 k€ en moyenne. Si ces écarts s’expliquent toujours par des choix différents de master et de secteur d’activité, nous espérons y voir l’effet des actions entreprises : cycle d’ateliers, tables rondes, conférences, et travaux de la Chaire pour l'entrepreneuriat des femmes. Une évolution à suivre de près...

Des carrières de plus en plus internationales

37 % des répondants déclarent travailler hors de France, contre 34% pour la promotion 2017. Parmi eux, 55 % ont choisi l’Union européenne, 15 % en Afrique et Moyen-Orient, 14 % l’Asie/Pacifique, 11 % l’Amérique du Nord et 5% l’Amérique du Sud.

Des secteurs toujours aussi variés

L’audit et le conseil (19 % des diplômés), l’administration et le secteur public (17 %), le domaine banque/finance/assurance (8 %) et les organisations internationales (8 %) restent les premiers choix des diplômés. Nouveauté révélée par cette enquête 2020 : l’apparition d’un secteur Environnement/RSE à part entière, avec 3 % des diplômés.

Expériences professionnelles et réseau, des tremplins essentiels

Les expériences professionnelles acquises avant le diplôme - stage ou  contrat d’apprentissage - ont permis à 34% des diplômés 2018 de trouver leur premier emploi, tandis que 26 % ont utilisé leur réseau personnel, professionnel ou lié à Sciences Po.

Les étudiants en apprentissage sont plus fréquemment en emploi et ont des délais d’insertion raccourcis, avec 55 % d’entre eux embauchés avant l’obtention du diplôme.

Des diplômés satisfaits de leur poste

Pour la deuxième année consécutive, l’enquête mesure le bien-être des diplômés au travail. Et ceux-ci se disent à 83 % satisfaits ou très satisfaits de leur emploi. Plus en détail, le taux de satisfaction atteint plus de 56 % pour les conditions de travail et l’autonomie, s’élève à 63% pour leur lieu de travail ; il est de 51.5% pour la rémunération. Plus de 62.5% des diplômés se disent “satisfaits” ou “très satisfaits” des relations avec leurs collègues

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS 2020

 
En savoir plus
Photo: Diplômées de la promotion 2018
Crédits @Christophe Da Silva et Hans Lucas / Inspirience
Mise à jour 19/08/2020
21.05.2021
Le Forum Carrières de Sciences Po se tiendra cette année sur plusieurs jours dans un format hybride avec des possibilités de rencontres physiques avec nos étudiants dès le 27 septembre et se ponctuera par un Forum en ligne du 13 au 15 octobre sur Seekube.
15.06.2020
Perline Manuel est diplômée 2015 du master Marketing. Aujourd'hui elle est en charge de la revalorisation des conteneurs maritimes dit "de dernier voyage". Focus sur sa mission et son parcours au sein de l'entreprise familiale leader du transport maritime, de la gestion de zone commerciale aux projets au format intrapreneurial.
Voir toutes les actus