Accueil > "L'écosystème français des startups est fascinant!"

"L'écosystème français des startups est fascinant!"

Roxanne Varza, Directrice de Station F et diplômée de Sciences Po
Le 11 octobre dernier, les équipes de Station F intervenaient devant les étudiants de Sciences Po pour leur parler de la vie au sein de l'incubateur parisien, l'une des plus grandes pépinières de startups du monde. La directrice de Station F, Roxanne Varza, diplômée de Sciences Po, a notamment insisté sur la richesse des possibilités offertes par l'écosystème français aux entrepreneurs qui veulent se lancer, Paris demeurant injustement sous-estimée dans le monde de la tech. Elle a aussi présenté la "méthode Station F" pour révéler le potentiel des créateurs d'entreprises. Entretien.

Vous avez grandi dans la Silicon Valley aux États-Unis. Qu’est-ce qui vous a amené à rejoindre le double diplôme Sciences Po - London School of Economics ? En quoi ces études ont-elles influencé votre trajectoire professionnelle ?

Roxanne Varza : J’ai fait une licence à UCLA (University of California Los Angeles) en littérature française : mes parents étaient très inquiets. Ils pensaient que je ne trouverai jamais d’emploi. À quel genre de métier ce diplôme pouvait-il bien mener ? Mon père pensait que je finirai, au mieux, prof de français moyennement douée. Après UCLA j’avais vraiment envie de travailler en lien avec la France. Je me suis donc débrouillée pour aller travailler à Business France à San Francisco. Business France est l’agence de développement économique de la France. Mon job consistait à aider les start-ups de la Silicon Valley à s’implanter en France. C’était un travail très intéressant mais aussi très difficile pour moi : je “vendais” la destination France alors que je connaissais très mal le marché français. Je ne me sentais pas très crédible. Quand on me disait “en France, c’est la grève en permanence, personne ne bosse, les gens ne font que leurs 35 h par semaine et basta”, je ne savais pas vraiment ce qui relevait de la réalité ou pas.

J’ai donc décidé d’aller faire des études de master en France, pour me rendre compte de la réalité par moi-même. Je n’ai candidaté que pour un seul programme : le double diplôme Sciences Po / LSE. J’étais persuadée que c’était le meilleur choix pour quelqu’un qui aspirait à une carrière en développement international.

Mais quand je suis arrivée en France pour démarrer la formation, je me suis rendue compte que l’univers des startups de la Silicon Valley me manquait énormément ! J’ai donc décidé de m’impliquer à fond dans l’écosystème entrepreneurial français... et je ne l’ai pas quitté depuis !

Pourquoi avez-vous décidé de travailler dans la tech en France ? Qu’est-ce qui fait la spécificité et l’attractivité de Paris en tant que “hub” mondial pour les entrepreneurs ?

R. V. : J’ai toujours eu envie de vivre et de travailler en France, j’avais cet objectif dans un coin de ma tête depuis de nombreuses années. Mais quand j’ai découvert l’écosystème français des startups, j’ai accroché tout de suite. Pour moi l’environnement entrepreneurial en France a toujours été beaucoup plus intéressant que la Silicon Valley. En Californie, j’avais la sensation que le marché était en voie de saturation : c’est devenu compliqué de se distinguer vraiment. Quand je suis arrivée en France, le secteur était très neuf, tout était à construire. J’ai eu le sentiment que je pourrais moi-même avoir un impact. Cet écosystème français doit affronter des défis très divers : je trouve cela assez fascinant. Et quelque part, je le trouve plus “sain” que le monde du travail américain où règne une culture assez rude.

Lire l'intégralité de l'article sur www.sciencespo.fr

Photo: Roxanne Varza, Directrice de Station F et diplômée de Sciences Po
Crédits Pascal Othlingaus

Mise à jour 16/10/2018
15.07.2021
Les résultats de l’enquête jeunes diplômés 2021 portant sur la promotion 2019 révèlent une attractivité toujours aussi forte des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs, avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Malgré un marché de l’emploi en tension, 82 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont toujours aussi nombreux (37 %) à travailler à l’étranger dans 84 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !
30.08.2021
Vous avez besoin de joindre votre service carrières ? pour toute question relative à vos stages, obtention de convention...contactez notre équipe lors des permanences d'accueil, par mail ou téléphone.
Voir toutes les actus