Accueil > Noria, au coeur du conflit Irak-Syrie

Noria, au coeur du conflit Irak-Syrie

romain
Romain est diplômé 2011 du master Sécurité Internationale de l'Ecole d'affaires internationales. Après plusieurs expériences au sein d'organisations internationales,d'agences de l'ONU il a fondé avec d'autres diplômés de sa promotion le think tank Noria dont il est l'actuel Président. Quelles sont les missions et activités de ce réseau de chercheurs indépendants qui agit au coeur des conflits ? Quelles compétences sont attendues des chercheurs pour produire de l'analyse politique à partir du terrain ? Témoignage

Quelles sont les activités de Noria ?

Romain - Noria est à la fois un think tank, donc un centre d’analyse politique et un réseau de chercheurs indépendant. Ce qu’on fait c’est produire de l’analyse politique exclusivement à partir du terrain sur des questions de relations internationales. On travaille dans 3 grandes zones du monde aujourd’hui en Asie/Extrème-Orient, au Moyen-Orient et en Afrique, et en Amérique Centrale / Amérique Latine pour produire de l’analyse politique qui serve à la fois au grand public, aux décideurs politiques, aux ONG, aux organisations internationales pour le développement de la réflexion stratégique sur des questions de relations internationales.

Quel a été votre parcours après Sciences Po ?

Romain - On était plusieurs étudiants du master Sécurité internationale à avoir été diplômés en 2011 et on se dirigeait vers des carrières davantage dans des think tanks et en analyse politique. Moi j’ai travaillé 3 ans entre des organisations comme International Crisis Group ou des agences de l’ONU à l’étranger et c’est au bout de ces années d’expériences professionnelles qu’on s’est réunis avec ce groupe d’amis de Sciences Po pour fonder Noria qui est justement un think tank qui répondait à des envies qu’on avait chacun de notre côté au sein des différentes organisations avec lesquelles on travaillait.

Irak Syrie : un exemple de projet et de missions

Romain - Ce projet Irak Syrie qu’on mène depuis le début du conflit dans la région consiste à mobiliser une équipe de 6 chercheurs qui sont déployés le plus possible dans les deux pays pour être au plus près des dynamiques locales du conflit. Concrètement ça passe par des interviews et des entretiens réalisés avec un maximum d’interlocuteurs sur place, des parties prenantes au conflit. Ça passe par des périodes longues passées sur place d’observation et de compréhension des dynamiques locales et par un travail de cartographie des acteurs sur le terrain pour être capable ensuite de produire l’analyse politique qui permettra de la diffuser au grand public, aux décideurs et différentes organisations qui pourraient seraient intéressés par les questions locales.

Quelles sont les compétences clés du chercheur ?

Romain - La première compétence c’est la curiosité et l’envie de partir sur le terrain, l’envie de partir longtemps à l’étranger, être capable de s’adapter à différents environnements, différents pays pendant des périodes assez longues, parfois plusieurs années et de là la deuxième compétence assez évidente c’est d’être capable de maitriser les langues des pays en question qui est l’une des compétences indispensable aujourd’hui à la construction d’un vrai profil de spécialiste sur des questions internationales.

En savoir plus

Crédit photo : Romain, fondateur de Noria © SciencesPo

Mise à jour 27/11/2019
02.09.2021
Le Forum Carrières de Sciences Po se tiendra cette année sur plusieurs jours dans un format hybride avec des possibilités de rencontres physiques avec nos étudiants dès le 27 septembre et se ponctuera par un Forum en ligne du 13 au 15 octobre sur Seekube.
15.07.2021
Les résultats de l’enquête jeunes diplômés 2021 portant sur la promotion 2019 révèlent une attractivité toujours aussi forte des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs, avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Malgré un marché de l’emploi en tension, 82 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont toujours aussi nombreux (37 %) à travailler à l’étranger dans 84 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !
Voir toutes les actus