Accueil > Gesine weber, promotion 2019

Gesine weber, promotion 2019

Gesine Weber
Du double diplôme Sciences Po Master European Affairs, Europe in the World / Freie Universität au German Marshall Fund of the United States

POUVEZ-VOUS DÉCRIRE VOTRE PARCOURS UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL ?

J’ai toujours été passionnée par les questions de politique internationale et par l’Europe. Après un séjour en Chine après mon baccalauréat,  une année d’études en droit allemand et français et une licence en sciences politiques dans le cadre d’un cursus franco-allemand entre l’Université de Fribourg (Allemagne) et l’IEP Aix-en-Provence, j’ai eu à coeur de placer la politique européenne et les relations internationales au centre de mes études sans devoir faire le choix entre les deux disciplines. Le Master affaires européennes à l’EAP constituait ainsi l’étape suivante presque naturelle pour moi : grâce à la spécialisation “Europe in the World” en partenariat avec PSIA, j’ai pu me spécialiser dans le domaine des relations extérieures et de politique de sécurité de l’UE tout en renforçant mon profil franco-allemand dans le cadre du double-diplôme avec la Freie Universität Berlin.

Tout au long de mes études, j’ai cherché à enrichir mon parcours académique par des expériences professionnelles. C’est pourquoi j’ai effectué un stage long au service politique de l’Ambassade d’Allemagne dans le cadre de ma licence, ainsi que plusieurs stages pendant mon master à la représentation permanente de l’Allemagne auprès les Nations Unies à Genève, au bureau fédéral allemand de l’information à Berlin, et la fondation Friedrich Ebert au Kosovo. Au moment où je rédigeais mon mémoire de master à la Freie Universität Berlin, j’ai travaillé en tant que conseillère parlementaire en sécurité et défense auprès d’une députée au parlement allemand. Même si j’avais la possibilité de continuer ce travail, j’ai décidé de quitter cette fonction au profit d’une bourse d’excellence visant à promouvoir l’expertise sur la Chine auprès des jeunes cadres allemands. Suite à dix mois de cours de chinois et d’un programme professionnalisant, je suis devenue consultante en géopolitique et politique intérieure chinoise pour la Fondation Friedrich Ebert à Berlin et Shanghai, avant de rejoindre le German Marshall Fund of the United States, un think tank transatlantique, à Paris en tant que Program Assistant. En parallèle, je viens de commencer une thèse doctorale portant sur la coopération européenne en sécurité et défense au King’s College London.

QUELLES ONT ÉTÉ LES PRINCIPALES ÉTAPES DE LA CONSTRUCTION DE VOTRE PROJET PROFESSIONNEL ?

Ayant grandi dans une région très rurale en Allemagne, mais déjà Européenne convaincue au lycée, j’ai toujours rêvé d’une carrière internationale - et mon premier séjour en Chine, pendant lequel j’ai contribué à plusieurs projets sino-allemand, a confirmé cette aspiration. Une étape décisive fut surement l’idée d’intégrer un cursus franco-allemand dès ma licence puisque cela a ancré l’internationalité dans mon profil personnel. En outre, mes stages ont été des expériences très instructives dans la mesure où ils ont confirmé mon intérêt pour le travail dans le secteur public et m’ont démontré la diversité des opportunités dans ce secteur. Absolument convaincue de vouloir devenir diplomate au début de mes études, ceci reste une option très attractive sur le long-terme. Cependant, j’ai également réalisé que j’apprécie beaucoup le niveau de stimulation intellectuelle qu’offre le travail dans un think tank grâce à la combinaison d’une pensée entrepreneuriale dans la gestion des projets d’un côté et la recherche approfondie pour les publications de l’autre côté. C’est pourquoi je me suis décidée à débuter ma carrière dans ce secteur.

COMMENT S'EST DÉROULÉ LE PROCESSUS DE RECRUTEMENT AU GERMAN MARSHALL FUND OF THE UNITED STATES ?

Après avoir vu l’offre sur le site web de SciencesPo, j’ai envoyé mon CV et une lettre de motivation au bureau parisien pour ma candidature. Pendant le premier entretien via zoom d’environ trente minutes avec le chargé des projets et l’assistante administrative, les deux m’ont expliqué les axes thématiques du bureau et les méthodes de travail, ce qui a de nouveau augmenté ma motivation pour ce poste. Lors du deuxième entretien avec la directrice et le directeur adjoint, cette impression a été confirmée - et j’ai donc accepté l’offre d’emploi sans hésiter.

QUELLES SONT LES PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE VOTRE POSTE AUJOURD'HUI ? 

Les deux axes de mon travail en tant que Program Assistant sont la gestion des projets et la recherche; c’est ainsi un travail très varié qui demande qu’on effectue plusieurs tâches au même moment et arrive à identifier les priorités. Comme j’ai rejoint le bureau en septembre et donc en période du Covid, mon travail quotidien dépend énormément de l’usage des logiciels numériques puisque les projets que nous gérons ont, évidemment, dû être numérisés: avec les autres membres du bureau, j’organise ainsi des réunions et séminaires virtuels, ce qui comprend toutes les étapes de la gestion des projets comme la planification, l’invitation des participants, la préparation de l’agenda et les questions logistiques. A ce travail, qui demande surtout des capacités organisationnelles, s’ajoutent les tâches liées à l’analyse des enjeux actuels et la recherche à profondeur, à l’instar de la réalisation des dossiers de recherche pour les autres membres du bureau ou les publications. Un autre aspect très important est la coopération avec les autres bureaux internationaux. En tant que think tank dont l’objectif consiste à renforcer la réalisation transatlantique en promouvant le savoir respectif en France et en Europe aussi qu’à Washington, le travail se caractérise également par le fait qu’il est complètement bilingue - ce dont je profite personnellement beaucoup.

QUELLES ONT ÉTÉ LES CONTRIBUTIONS DE VOTRE FORMATION À L'ÉCOLE D'AFFAIRES PUBLIQUES ENVERS LA FONCTION QUE VOUS OCCUPEZ AUJOURD'HUI ? 

Les atouts de la formation à l’EAP pour ma fonction actuelle sont sans aucun doute très nombreux. D’abord, les connaissances thématiques que j’ai acquises pendant mes études sont très importantes pour la qualité du travail dans la mesure où je dispose d’une très bonne compréhension du système politique de l’UE et des politiques européennes dans le domaine des relations extérieures, ce qui est indispensable pour l’analyse politique. Dans ce contexte, je profite énormément du fait d’avoir assisté au cours de Culture Générale; ce cours étant le plus exigeant pendant mon entière scolarité, il m’a apporté une meilleure compréhension des enjeux mondiaux, européens et notamment de la manière française d’approcher ses enjeux, ce qui s’avère très utile pour moi en tant qu’Allemande. Ensuite, la formation interdisciplinaire à l’EAP renforce la capacité de rapidement comprendre l’ampleur et les enjeux des thématiques dans lesquelles on n’est pas forcément spécialiste, ce qui facilite le travail quotidien énormément. Ceci s’applique également à la diversité des approches pédagogiques et des méthodes dont j’ai bénéficié pendant ma formation à l’EAP, puisque la rédaction de différents formats fait aujourd’hui partie de mon travail comme ceci était le cas à SciencesPo. Enfin, ayant assisté aux cours en français et en anglais, les deux sont devenus des langues naturelles de travail pour moi, et je me sens très à l’aise de travailler dans ce contexte bilingue.

EN SAVOIR PLUS

Mise à jour 16/12/2020
02.09.2021
Le Forum Carrières de Sciences Po se tiendra cette année sur plusieurs jours dans un format hybride avec des possibilités de rencontres physiques avec nos étudiants dès le 27 septembre et se ponctuera par un Forum en ligne du 13 au 15 octobre sur Seekube.
15.07.2021
Les résultats de l’enquête jeunes diplômés 2021 portant sur la promotion 2019 révèlent une attractivité toujours aussi forte des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs, avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Malgré un marché de l’emploi en tension, 82 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont toujours aussi nombreux (37 %) à travailler à l’étranger dans 84 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !
Voir toutes les actus