Accueil > Portrait de Cécile Ivanovsky

Portrait de Cécile Ivanovsky

Cécile Ivanovsky
après avoir obtenu son master en droit de l'urbanisme et du développement durable, cécile a souhaité pousser sa spécialisation en urbanisme et a donc intégré le cycle d’urbanisme. Diplômée en 2017, elle est aujourd’hui cheffe de projets pénitentiaires et judiciaires à l’apij. rencontre.

Quel emploi occupez-vous actuellement ?

Je suis à l’APIJ, l’Agence publique pour l'immobilier de la justice, établissement public sous tutelle du ministère de la Justice, chargé de la construction, la rénovation et la réhabilitation des bâtiments liés à la justice comme les palais de justice, les centres pénitentiaires, … et ce dans toute la France, hexagonale et d’outre-mer.

Je suis Cheffe de projets en Guadeloupe et travaille sur les opérations d’extension du centre pénitentiaire de Baie-Mahault et de rénovation du Palais de Justice historique de Pointe-à-Pitre. Pour ces projets, mes missions incluent le suivi technique, architectural et environnemental mais également l’organisation des phases études et chantier, la mise en place de la participation du public, la maîtrise du calendrier et le suivi budgétaire, la gestion contractuelle ainsi que le pilotage AMO (assistant maître d’ouvrage) et MOE (maître d’œuvre).

Qu'est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

La diversité des sujets et des acteurs. Je traite de problématiques liées à l'environnement, aux techniques constructives, aux négociations contractuelles mais également de sujets très particuliers de construction spécifiques aux Antilles comme les risques sismiques et cycloniques, ou liés aux bâtiments anciens comme l'amiante et le plomb. J’ai également des échanges avec une grande diversité d’acteurs : entreprises de construction, bureaux d’études, architectes, administrations communales, régionales…J’en apprends tous les jours.

De plus, travailler dans une région ultra-marine et devoir s’adapter à des rythmes et fonctionnements différents est très formateur.

Quel a été votre parcours depuis votre diplomation ?

J'ai tout d’abord travaillé chez le groupe international d’ingénierie Artelia, en tant qu’assistance à maitrise d’ouvrage sur le Projet du Grand Paris Express. J’étais la référente sur l’aspect réglementation environnementale. Cela m’a permis de faire la jonction entre mes deux domaines de formation : le droit et l’environnement avec la maitrise d’ouvrage et l’urbanisme. J’y suis restée un peu plus de deux ans.

J’ai ensuite souhaité retourner à quelque chose d'un peu plus urbain et ai postulé à Espaces Ferroviaires, la filiale d’aménagement urbain et de promotion immobilière de la SNCF, qui fait du réaménagement d’anciennes friches ferroviaires en quartiers urbains. J’ai travaillé pendant un an sur l’opération d'aménagement du quartier Ordener-Poissonniers à Paris qui consiste à requalifier un dépôt ferroviaire en quartier urbain bas-carbone. J’ai par ailleurs retrouvé dans la structure plusieurs diplômés du Cycle d’urbanisme.

Enfin, j’ai découvert l’APIJ par l’intermédiaire d’un contact professionnel. Le poste proposé me permettait de poursuivre mon exploration de la maitrise d’ouvrage et d’avoir de nouveau un lien avec mon premier domaine de formation. La seule question qui s’est posée alors était mon expérience limitée quant aux techniques constructives. J’ai pu me former en interne et cela me permet aujourd’hui d’avoir une vision plus large de l'urbanisme, de l’échelle du bâtiment à celle du quartier.

Qu’est-ce que vous a apporté votre formation au sein de Sciences Po ?

J’ai appris à travailler en équipe, à écouter et comprendre différents points de vues, ainsi qu’à me mettre à la place de l'autre. Les groupes de travail ont également été très formateurs en termes d’organisation professionnelle. Le Cycle d’urbanisme m’a également permis de rencontrer des personnes d’autres horizons et d’autres pays. Nous avons pu comparer les organisations de villes, la perception des projets urbains, les différences d’échelle et d’outils… Cela permet de développer sa curiosité et apporte un certain savoir-faire dans nos métiers.

Mise à jour 24/11/2021
15.07.2021
Les résultats de l’enquête jeunes diplômés 2021 portant sur la promotion 2019 révèlent une attractivité toujours aussi forte des étudiants de Sciences Po auprès des employeurs, avec 9 diplômés sur 10 en activité professionnelle. Malgré un marché de l’emploi en tension, 82 % ont trouvé leur premier emploi en moins de 6 mois, et près des ¾ occupent un emploi stable. Ils sont toujours aussi nombreux (37 %) à travailler à l’étranger dans 84 pays. Découvrez tous les résultats de notre enquête !
30.08.2021
Vous avez besoin de joindre votre service carrières ? pour toute question relative à vos stages, obtention de convention...contactez notre équipe lors des permanences d'accueil, par mail ou téléphone.
Voir toutes les actus