Accueil > Maxime, Responsable des droits humains (L'Oréal), Diplômé de l'école de droit

Maxime, Responsable des droits humains (L'Oréal), Diplômé de l'école de droit

maxime
Maxime Belingheri est diplômé 2015 de l'Ecole de droit. Aujourd'hui Responsable Droits humains au sein du groupe L'Oréal, il maintient des liens forts avec Sciences Po à la fois en tant qu'enseignant mais aussi en tant que tuteur au sein de la Clinique de l'Ecole de droit. Focus sur ses missions pour le leader mondial de la beauté et les problématiques confiées par L'Oréal aux étudiants dans le cadre de la Clinique de l'Ecole de droit, en faveur du respect des Droits humains au sein des activités du Groupe.

En quoi consiste votre rôle de Responsable droits humains ? 

Le cœur de mon travail consiste à faire en sorte que le business de L’Oréal opère dans le respect des standards internationaux, qui sont des standards onusiens qui ont été quasi universellement signés et ratifiés par les États membres des Nations Unies. Il s’agit de droits tels que la prohibition du travail des enfants, du travail forcé, de la liberté d’expression et d’association…ce qui est central c’est de prendre le risque à la personne qu'une entreprise peut faire courir à travers l’ensemble de ses activités quel que soit l’endroit où on opère. 

Avec qui travaillez-vous au quotidien ?

Au quotidien je travaille avec les différentes fonctions du Groupe: Achats, RH, Marketing pour les aider dans des projets opérationnels pour le déploiement du respect des Droits humains à travers le Groupe et ses chaines de valeur, partout dans le monde.

Pouvez-vous citer un exemple de projet concret ? 

Un engagement concret concerne le salaire décent ou living wage. C’est l’engagement qu’a pris L’Oréal d'assurer un salaire décent couvrant les besoins fondamentaux d’un travailleur et ses proches. Cet engagement, L’Oréal l’a pris à la fois pour l’ensemble de ses plus de 85.000 collaborateurs mais aussi, à horizon 2030, pour l’ensemble des travailleurs de ses fournisseurs stratégiques. Concrètement c’est un travailleur dans une usine d’un fournisseur stratégique de L’Oréal en Chine, aux États-Unis ou en Argentine qui va voir son salaire a minima au-dessus du niveau de pauvreté, ce qui est plus élevé que le salaire national minimum dans de nombreux pays à travers le monde.

Qu'est-ce-qui vous semble le plus difficile dans votre métier ?

Dans les droits humains, une des difficultés c’est la complexité de l'imbrication entre des normes mondiales d’une part et des normes locales ou nationales d’autre part. Il faut avoir l’agilité requise pour équilibrer les deux et surtout mesurer l’impact final qu’on va avoir sur des êtres humains, dont les droits doivent être protégés infine.

Un conseil à donner aux étudiants ?

Pour les étudiants qui en ont la possibilité, ce serait de rejoindre les projets de la Clinique de l’École de droit et les projets qui leur sont proposés. Ce sont des projets qui leur permettent de mettre en œuvre et des tester leurs connaissances sur le terrain et de commencer à avoir un vrai impact sur la vie d’une entreprise.

En quoi consiste le projet que L'Oréal a confié à la Clinique de l'École de droit ?

En 2020-21, le projet a porté sur les stéréotypes que pourraient véhiculer les communications et le marketing du groupe L’Oréal. En tant que troisième annonceur mondial, l'impact potentiel de la communication et du marketing porté par le groupe est potentiellement important.

Concrètement le projet consiste en une phase de recherches de fond. Ensuite, elles ont engagé une phase d’entretiens avec des collaborateurs en interne de L’Oréal qui travaillent sur la publicité : les équipes marketing, du département consumer intelligence, des achats marketing, mais aussi des parties prenantes externes : des ONG militantes sur ces sujets ou des universitaires qui ont une opinion ou des problématiques à partager.

Quels ont été les résultats concrets de ce projet ?

Les étudiantes ont rendu un rapport final qu’elles ont présenté devant plusieurs comités de gouvernance au sein du groupe. Le feedback de ces instances de L'Oréal a été très positif et nous sommes donc ravis d’avoir pu confier ce projet aux étudiants de Sciences Po dans le cadre de la Clinique de l’École de droit.

Quels autres liens conservez-vous avec Sciences Po aujourd’hui ?

Au-delà des amitiés et des souvenirs très forts que je garde de Sicences Po, j’ai donné des cours sur le Campus de Reims sur les discriminations et interviens régulièrement dans divers cours. Enfin, depuis 2020 j'ai le plaisir de tutorer des projets dans le cadre de mes missions au sein de la Clinique de l’École de droit.

pour aller plus loin

Mise à jour 15/12/2021
27.01.2023
Vous souhaitez recruter un stagiaire, un apprenti ou un futur collaborateur à Sciences Po? Découvrez les calendriers des stages et apprentissages de Sciences Po selon les profils recherchés. Tout au long de l'année, vous pouvez déposer vos offres sur nos jobboards et participer en présentiel ou à distance à nos Forums et événements carrières.
20.12.2022
Vendredi 29 septembre, le Forum Carrières se tenait pour la première fois sur le Campus 1 Saint Thomas de Sciences Po. Il a réuni près de 70 employeurs venus recruter en stages, apprentissages, 1ers emplois plus de 1000 étudiants et diplômés de Sciences Po. Le 16 novembre, une trentaine d'Alumni conseillaient les étudiants sur la construction d'une carrière à impact. Samedi 10 décembre, les collaborateurs en Ressources Humaines d'une trentaine d'Organisations Internationales se sont réunis à Sciences Po pour présenter leurs opportunités de stages et procédures de recrutement. En attendant la rentrée, retour en image sur ces temps forts (parmi de nombreux autres) qui ont marqué le 1er semestre 2022!
Voir toutes les actus